Paola Leone
Paola Leone
1 Articles0 Comments

Issue d’une famille Sicilienne où l’affection se donne sans compter, Paola Leone est née et a grandi à Marseille, cette ville ouverte sur la mer et le vent… L’école ne l’a pas aimée, elle lui a rendu ce désamour passant à côté de sa scolarité. A l’âge où tout est inutile, elle découvre “Fatras” de Jacques Prévert. Il bousculera sa vie et la poussera vers la poésie, la musique, la chanson et le dessin pour vaincre sa timidité et enfin se sentir exister. Écrire une image, ou dessiner un mot pour elle ? Un besoin, une urgence. Se débrouiller sans chevalet, collages, images contre un mur. Libérer les peurs, les angoisses. Voir avec délicatesse, les mots et les couleurs. Grisaille sur gravure où l’inexprimable s’étale sans vocabulaire. Formuler les émotions, laisser des traces, des croûtes. Oublier les perspectives, transpirer, craquer la craie, démêler le flou et rendre la lumière à la poésie. Joindre les éléments qui souffrent, s’accrocher à la feuille, comme on s’accroche aux mots. En 2005, Solange Strimon, poète Marseillaise, lui écrira la préface de son recueil de poèmes « Le papillon ». En 2010, Guy Feugier, poète Marseillais, lui écrira la préface de son recueil de poèmes « Petites chansons ». Avec ce recueil, elle découvre le festival du livre de la Canebière et les ateliers d’écriture. La musique et les mots deviennent plus que jamais indissociables. En novembre 2015 elle participe aux “Labos chansons” à Astaffort. Elle y fait de belles rencontres artistiques, dont Anita Covelli. Leur collaboration pour le "Château des émotions" (spectacle jeune public), se fait naturellement. En août 2018, elle publie « Les oiseaux pleurent aussi ». Des nouvelles, dont les oiseaux se posent sur des moments de vies ordinaires, chagrins, fraîcheur d’un sourire, chanson… « référence à tous ceux qui m’ont donné l’envie d’écrire ». Une suite de « plan séquences » qui peuvent se lire chacun comme une petite histoire, mais aussi comme un récit. Avec ce texte, elle fait partie des lauréats du concours de l’agence C2laure Communication, qui en assure un temps la promotion. En 2020, sa nouvelle « Ma prison c’est le ciel » est éditée dans l’Anthologie poétique TRAVERSER, publiée aux Éditions de l’Aigrette, aux côtés d’autres artistes. « Je vends », un de ses poèmes figure dans le journal de poésie au sens large, 21 minutes. Elle travaille actuellement en collaboration avec le compositeur interprète Jérôme Gaillard, sur l’écriture de son prochain album.

Couleurs de Paola LEONE

Paola Leone « Rêve » C’est ici, que je viens vous dire l’intérêt des couleurs, des intervalles, entre le vide et le plein. Comme la musique, la partition. Derrière chaque dessin, tableau, croûte… il y a le reflet du monde, les surfaces…